L'équilibre alimentaire du sportif (notion de base)

L’équilibre alimentaire est un concept simple et réalisable pour tous ceux qui souhaitent mettre de l’ordre dans leur assiette et par conséquence se sentir mieux à l'effort. « Manger pour gagner » est une expression fantaisiste et dangereuse et nous lui préférons celle-ci « bien manger pour mieux performer » plus réaliste !


Une alimentation variée et équilibrée ou diététiquement saine (ce qui revient au même) à pour but de maintenir en bonne santé l’individu mais aussi d’optimiser les capacités physiologiques du sportif en lui permettant de mieux tolérer l’effort physique . A l’inverse une diététique bafouée est le gage d’une contre-performance assurée.

Fort de cette constatation, les sportifs de tous niveaux se rendent compte, que l’équilibre alimentaire est, si ce n’est un des piliers majeur et incontournable dans leur quête du Graal sportif, est un allié redoutable contre les défaillances.

La diététique une « discipline » à part entière

Le concept d’une alimentation équilibrée chez un sportif aussi éduqué et renseigné soit il, repose souvent sur des repères approximatifs et des approches personnelles parfois excessives et empiriques qui mènent parfois à une pratique « tout azimuts ».
Si il y a bien un domaine qui véhicule toutes sortes de croyances et de discours ésotériques, c’est bien la « bouffe ».
Domaine personnel, parfois intime, souvent tabou que celui de la nourriture chez les sportifs(ves). Comportements auxquels se heurtent bien souvent les recommandations des nutritionnistes animer des plus louables intentions, mais qui ne reçoivent pas toujours une oreille attentive car ne vendant pas de recette miracle et révolutionnaire ce que recherche parfois le sportif peu enclin à faire des efforts sur ses habitudes alimentaires.
Il faut pourtant bien l’avouer, ces dernières années, le concept d’une bonne alimentation est malmené et s’avère plus délicat à cerner pour le profane,qui y perd son latin tant la profusion d’informations règne en maître dans tous les médias y compris le net !
Une première solution consiste à prendre rendez vous chez un diététicien spécialiste en micronutrition, qui est LE premier professionnel de l’alimentation et qui saura après une ou deux consultations, vous donner les conseils alimentaires adaptés à votre cas.
Ici les pros et experts nutri-site de la diététique

Bien manger
simple complication !

Simple parce que l’on vous rabâche à tour de bras que manger varié et le garant d’une bonne santé et compliquée parce qu’il faut tout de même respecter certaines règles immuables pour accéder à cette variété salvatrice.
Satisfaire des besoins en micronutriments essentiels, dont nous sommes dépendants chaque jour, n’est pas hors de portée de tout à chacun, pour peu que l’on prenne le temps de s’intéresser au contenus et de son assiette et des étiquettes des produits en boîte et que l’on accorde l’importance que mérite la diététique, tant dans son quotidien que dans sa pratique sportive.
En France pays de forte tradition gastronomique sachons « cultiver notre jardin » en évitant les modèles excessifs issus d’outre atlantique et ne pas confondre « vivre pour manger » et « manger pour vivre »…

Sportifs : 3 raisons de « soigner votre assiette »

P comme prévention : un organisme qui est convenablement nourrit est plus fort face à la menace infectieuse. Les anticorps sont souvent stimulés selon les aliments que nous absorbons et moins ils le sont inutilement,  plus ils restent « frais » et actifs face aux véritables agressions.
Un sportif affûté est par ailleurs une proie plus sensible, il doit pouvoir compter, de surcroît, sur des lignes de défenses immunitaires performantes et là encore l’alimentation joue un rôle prépondérant.
E comme énergie: les différents organes obéissent à des courants énergétiques important ainsi le  foie (détoxification), cœur (vitalité), reins (élimination), poumons (souffle), intestin (assimilation), estomac (digestion). Ils doivent « tourner à plein régime » pour supporter l’effort physique que vous avez décidez de lui imposer.
R  comme récupération : comme une voiture le corps en action génère des déchets qui peuvent empoisonner ses propres tissus et organes. Un terrain alimentaire sain pré et post-effort permet aux muscles et aux organes d’éliminer plus facilement ses toxines.

La juste quantité

On aborde ici la notion capitale. Si manger de tout en petites quantités est une nécessité, toute la difficulté réside au contraire à consommer les justes quantités. Suffisamment pour éviter les «fringales » ou au autre une prise de poids.
ll serait donc tentant de vous donner des notions quantitatives en terme de calorie et que vous attendez certainement. Malheureusement, il n’est pas possible et pas sérieux de le faire. Ces notions sont propres à chacun. Elles sont liées à différents paramètres (sexe, âge, morphologie, activité sportive, objectif etc.). Elles ne peuvent être définies qu’après une enquête alimentaire approfondie chez un  spécialiste : Le fameux diététicien/Micronutritionniste
>>Lire l'interview nutri-site de Denis Riché expert en micronutrition

Pour approcher de manière simpliste et schématique l’aspect quantitatif et qualitatif d’une ration alimentaire il existe plusieurs méthodes en voici 2 :

- Le concept GPL 421 Terme mnémotechnique pratique qui permet de se faire une idée approximative sur le nombre de portions en G(lucide) en P(rotéines) et en L(ipides) qu’il est nécessaire d’apporter à chaque repas.
  - 4 part = Glucides
  - 2 parts = Protéines
  - 1 part = Lipides

- Le calcul de pourcentage d’une ration journalière   
La répartition recommandée en nutriments énergétiques (protides, lipides, glucides) est la suivante :
  - Glucides : 55 à 60% de la ration énergétique ou 6 à 8 g de glucides (cru) par kilo de poids de corps/j.
  - Protides : 15 à 20% de la ration énergétique ou 1,8 à 2g de protéines par kilo de poids de corps /j. pour un sportif contre 0.8 à 1g/kg/j pour un sédentaire.
  - Lipides : 25 à 30% de la ration énergétique. (Voir chapitre les lipides)
A vos calculettes !

Faisons connaissance avec les différents éléments de la ration...

Les « macro » nutriments   
Les glucides : l’énergie (glucose, fructose, sucre, lactose, amidon, glycogène...).
Ils interviennent dans la production d’énergie et entrent dans la structure de nombreux composés (ADN...).  
Il existe 2 types de glucides :  
 - les lents
 - les rapides
C’est l’index glycémique (vitesse d’assimilation de tout les aliments dans l’organisme, après ingestion.)
Les glucides lents ont comme source alimentaire : farine, semoule, riz, pâtes, légumes secs et céréales (avoine, orge, seigle, blé, pilpil de blé…).
Les glucides rapides peuvent venir du : miel, soda, limonade, gelée, confiture, purée, pain blanc, sucre carreaux, ils sont à limiter fortement !
Certains sucres complexes de prime abord deviennent rapides (purée de pomme de terre et pain blanc) et d’autres d’aspect rapide agissent lentement  ex : le fructose.  
La présence de fibres (aliment complet), la cuisson ou l’ordre d’ingestion influence aussi l’index glycémique. Par ex. un carreau de chocolat pris en fin de repas se conduit comme un sucre lent.
Equivalence Glucidique : 20g de glucide =100g de pommes de terre =25g de riz cru =25g de pâtes =40g de pain.  
A noter que les sucres rapides peuvent, sous l’effet répété de l’insuline (hormone de stockage), se stocker en graisse en cas d’abus et lors de consommation inter prandiales (collation).   
1g de glucide apporte 4 kcal 
 
=> Sportifs : Limitez les sucres rapides au profit des sucres lents qui, seuls, assurent la formation des réserves en glycogène* (foie et les muscles) dont le niveau des stocks est d’une importance capitale sur le bon déroulement de l’effort et de la récupération physique et psychique.

Gonflé à l’azote   
Les protéines : les bâtisseurs
Les acides aminés, éléments constitutifs des protéines interviennent dans les structures cellulaires (os, muscles...) et dans de nombreuses fonctions métaboliques par l’intermédiaire de dérivés (anticorps, hormones, enzymes...) ils permettent également le transport d’oxygène et hydrogène.  
Elles doivent être absorbées quotidiennement à raison de 1g env. par kg de poids du corps et par jour pour le sédentaire à 1,5 à 1,7 g/kg/j pour les sportifs d’endurance et jusqu’à 2 g/kg/j pour les sportifs de force (haltérophiles, lutte etc..)  
8 acides aminés sont dit « essentiels » et seul l’alimentation nous les procure, on les trouve grâce à un savant équilibre quotidien entre les protéines végétales et animales.
  - Végétales : Principalement les légumes secs (soja, lentilles, pois, pois chiches, haricots rouges et les fèves) et dans une moindre quantité les céréales.
Le soja est le seul légume sec à posséder la même Valeur Biologique que les viandes, il est intéressant ne serait ce que pour varier vos menus.  
  - Animales : V(iande) P(oisson) O(euf), charcuteries et produits laitiers
1g de protéine apporte 4 kcal


Allez les p’tits gras !
Les lipides : nos protecteurs
 => triglycérides et acides gras.
Ils interviennent dans les structures cellulaires et neuronales (cerveau...), la production d’énergie et de nombreuses fonctions métaboliques par l’intermédiaire de dérivés (hormones...)  
Ils sont répartis en trois groupes + ou - intéressant sur le plan nutritionnel :
  - les saturés (---),
  - les mono insaturés (++)
  - et les poly-insaturés (+++) plus connus sous le nom « acide gras essentiels » (AGE).
Il est difficile de donner des doses journalières à respecter car diverses sources (corps gras ou source cachée) permettent le ravitaillement en acides gras, cependant pour assurer des apports minimaux en acides gras essentiels il est conseillé de privilégier les huiles végétales crues et de 1ère pression à froid.  
1g de lipide apporte 9 kcal

Les micronutriments
Infiniment petits pour megas effets
Moins quantifiables, ils sont néanmoins indispensables à la réalisation de fonctions biochimiques et physiologiques majeures. Présents à l’état de « trace » pour certains (oligo-éléments) ils réalisent, malgré leur très petite taille, des prouesses au sein de nos cellules. Sans eux le cerveau puis le corps connaîtraient de graves disfonctionnements.  
Il y a les célèbres vitamines, les minéraux, les oligo-éléments et les fibres. Nous ne détaillerons pas le rôle et les origines de chacun de ces micronutriments, un livre entier n’y suffirait pas !
Les vitamines (A, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, D, E) qui interviennent dans de nombreuses réactions métaboliques (production d’énergie...).  

Elles existent sous 2 formes :

 - Les hydrosolubles soluble dans l'eau (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C) ne se stockent pas et doivent être apportées chaque jours dans l’alimentation, un excès est inexorablement évacué dans les urines, sans dommage majeur sur la santé (diarrhée, nausée, migraine) 1/ 2 / 4 / 5
On les trouvent dans tous les groupes alimentaires suivant numérotez de 1 à 7 (voir 2ième volet de ce dossier « les 7 familles alimentaires »

 - Les liposolubles (A, D, E, K) sont facilement stockées avec les graisses dans l’organisme, elles sont peu altérables mais toxiques à haute dose.
1/ 2 / 3 / 5 + oléagineux et germe de blé.
 => Les vitamines synthétiques (compléments) sont moins bien absorbées que celles présentes dans les fruits et légumes naturels. En l’absence de carence révélée, il est préférable de consommer les aliments dans leurs habits de chairs qui apportent également des fibres nécessaires à un bon transit intestinal.
=> Lire notre dossier Nutri-site sur les Vitamines

Les Minéraux (calcium, sodium, phosphore, fer, magnésium, zinc...) entrent dans la structure de nombreux éléments (os, globules rouges...) et jouent un rôle fonctionnel important et varié comme contraction musculaire, la bonne répartition de l’eau dans les cellules de l’organisme (homéostasie)...  
1/ 2 / 4 / 5/ 7 + oléagineux, germe de blé, levure diététique et fruits de mer.   
 => Les minéraux sont indispensables aux sportifs, notamment dans les phases de récupération et en vue d’un effort physique intense.
=> Lire notre dossier Nutri-Site sur les Minéraux

Les Oligo-éléments (fer, sélénium, cuivre, zinc, manganèse, chrome…). Ils entrent dans la composition des substances respiratoires (hémoglobines, myoglobines, cytochrome et de certains systèmes enzymatiques), le fer capte et transporte à lui seul l’oxygène pour le ré-acheminer dans les muscles.   
1/ 2 / 4 / 5/ 7 + oléagineux, germe de blé, levure diététique et fruits de mer.
=> Lire notre dossier Nutri-Site sur les Oligo-éléments

Les Fibres
Elles ont un rôle de régulation du transit intestinal permettant en l’occurrence l’évacuation des déchets par les selles. Elles jouent un rôle de satiété (coupe faim) en association avec des glucides simples (pâtes complète) elles diminuent l’I.G (index glycémique) de la ration, limitant le remplissage des cellules adipeuses.
4 / 5
 => Les fibres peuvent être un atout dans les périodes de perte de poids ou d’affûtage. Leur pouvoir hygroscopique (gonfle en présence de liquide) fait augmenter le volume des repas dans l’estomac. Il en découle alors une baisse des quantités alimentaires absorbées par effet de rassasiement plus important.

Les cas à part  

L'eau que nous buvons et presque aussi importante que l’air que nous respirons. Son action est capitale dans le transport métabolique (transport des nutriments), la thermorégulation (température corporelle), les structures cellulaires (intégrité et souplesse des membranes), élimination des déchets (azotés et acides de l’effort) etc…  
Certaines eaux minérales apportent de nombreux micronutriments biodisponibles, a condition de varier les marques.  
Les conditions climatiques conjuguées à l’activité physique, double voire triple les besoins hydriques, qui sont en temps normal évalués à 1,5l.
=> Lire notre dossier Nutri-site sur les eaux minérales

Les acides aminés essentiels et les acides gras essentiels, sont indispensables au bon fonctionnement journalier de l’organisme. Seule une bonne alimentation nous les fournit car le corps ne sait pas les synthétiser.
=>Lire notre dossier nutri-site sur les Acides Aminés pour les sportifs
La levure de bière et le germe de blé sont de bons compléments alimentaires, ils sont disponibles en grande surface pour un coût modique.   
L’alimentation « bio » est intéressante puisqu’elle est exempte de métaux lourds et de pesticides. Cependant, « bio » ne veut pas dire allégé et la valeur nutritionnelle est la même que son équivalent conventionnel.


Lire aussi les dossiers nutri-site complémentaires
 - Diététique du sportif, les 7 familles alimentaires
 - Mettez vous à l’heure de la chronobiologie !
 - Table des calories
 - Tests et outils pour la forme : Calculs des dépenses de calories, IMC, ...

Nutri-site vous recommande ces excellents livres sur la diététique du sportif (Cliquez sur les livres pour commander)

 => Voir la bibliographie complète Nutri-Site

Nutri-Site